Skip to content

L’autre face de la Lune

Mercredi je me donnais pour objectif de finir de gratter la coque sur le côté babord, en émettant quelques réserves liées à la surface à couvrir. Ce soir, j’ai même fait mieux que prévu, découvrant ainsi une partie du côté tribord !

Belle météo aujourd’hui, contrairement à ce qui était annoncé. Beau soleil toute la journée, juste ce qu’il faut en température, pas de vent, d’ailleurs un petit groupe de photographe en profitait sur le chantier pour mettre sur film quelques bouts de coques. La petite famille dans le carré ; le petit a colmaté une petite fuite au niveau de la poulie de la main courante tribord (qui donnait dans le placard à cirés). Et j’ai maintenant des bières au frigo !

Panoramique sous un beau soleil hivernal

Moi, sous la coque, toujours sur mon carton qui résiste à l’assaut des cailloux.

Comme je le remarquais déjà un peu avant, le fond de la coque semble avoir quelques bulles, une petite qui a visiblement été percée, mais à plusieurs endroits, ça sonne creux sous le grattoir sur des espaces un peu plus larges. Ok.

Je me suis vite rendu compte qu’à cet endroit, l’antifouling se décrochait assez facilement, et même sans user du décapant dont je viens de finir le premier bidon. J’en ai en stock, mais je me rend compte que tant que ça marche sans, je vais essayer de continuer sans, c’est en fait plus simple sur les parties qui viennent toutes seules qu’avec. Sans, l’antifouling s’écaille et vient par plaques, avec, ça semble le coller à la coque et à lui redonner une élasticité qui rend son décapage un peu moins aisé.

Après, cette partie semble très différente de l’avant et d’au niveau du saumon, pas sûr que l’antifouling continuera de partir sans décapant longtemps. Profitant de cette facilité (bon, toute relative), j’en ai profité pour avancer sur l’arrière tribord, je ne suis pas tout à fait arrivé au saumon, mais je n’en suis pas loin. Si je devais passer le même temps qu’à babord, dans 3 après-midi j’aurai fini le grattage de toute la coque !

J’ai même trouvé sur l’arrière un gelcoat en très bon état sur une belle surface, ce qui me montre clairement ce que j’aurais dû trouver à la place des cratères lunaires du début, et de comment se comporte le grattage sur ces surfaces vraiment planes… Par contre, en nettoyant le grattoir ce soir, il s’est cassé, la pate qui retient la lame sur le manche s’est cassée en deux. Dommage, je ne pourrai pas continuer demain à moins d’envisager un autre atelier…