Skip to content

Et quand y’en a plus

y’en a encore… C’est dingue ce qu’un bateau peut-être généreux en travaux de ponçage. Aujourd’hui, on ressort la ponceuse et le mastic.

Il y avait eu samedi dernier un petit épisode de ponçage. Cette fois ci à la ponceuse à bande, pour aller chercher ce que l’orbitale n’atteignait pas dans l’arrondi entre la coque et le saumon. Et avec la ponceuse à bande, c’est juste parfait, à croire qu’elle a été conçue pour cet arrondi. Ce qui me fait mieux comprendre pourquoi tout le monde préconise l’usage d’une ponceuse orbitale pour les travaux sur une coque : c’est sans doute le meilleur rapport entre la puissance (ça attaque plus qu’une vibrante), et la finesse du travail (une ponceuse à bande ça ne finit pas aussi bien que l’orbitale). Bon, mais plus d’antifouling ici, mais je n’ai pas osé aller plus loin que ça, c’est pas lisse-lisse.

Et aujourd’hui, en arrivant sur le chantier pour retirer mon primaire epoxy au comptoir, on m’accueille en me disant que le calage du bateau avait été changé. Chouette, on va pouvoir tourner la page du ponçage aujourd’hui.

Sous les patins

Et ça me permet de tester ce qu’aurait donné le ponçage de l’antifouling en direct. Assurément, ça m’aurait fait gagner beaucoup de temps. C’est beaucoup plus rapide que le grattoir. En revanche, le nuage de peinture bleue en poudre me choque toujours autant et je ne regrette pas d’avoir pris mon temps. Et ici aussi le côté tribord va bien mieux que le babord à poncer.

Mais ce n’est pas tout, on mastique aujourd’hui encore, à croire que j’y prend goût. Aujourd’hui, ce sont quelques retouches, et un tour de la jonction coque-saumon.

Un peu d’activité autour du mât aussi, mais j’en reparlerai un peu plus tard. Et j’ai aussi débloqué le saumon, en y allant avec une lame de scie à métaux. Le saumon est libre, mais bien attaqué par la corrosion.

Et puisque Ghismo the Sailorman, c’est du journalisme total, il y avait ajourd’hui une petite attraction sur le chantier avec le grutage d’une pénichette. Je suis totalement rassuré pour la mise à l’eau du bateau !

Maintenant, on n’attend plus que le beau temps pour passer à la peinture !

Prêt pour la suite