Skip to content

Petit démâtage entre amis

Il est question de rapprocher le bateau de Nantes et la solution d’un transport par la route a finalement été retenue. Si bien qu’il fallait poser le mât avant que le transporteur ne passe. J’étais tombé l’été dernier sur ces articles à propos de la « méthode Henri« , et nombre de vidéos sont à trouver sur YouTube de mâtage en solitaire, plus ou moins inspirées de cette méthode.

On avait la théorie, mais le passage à la pratique est malgré tout un brin inquiétant pour les noobs que nous sommes.

Première visite au bateau samedi, et gros coup de stress : je ne reconnais pas le pied de mât si souvent étudié en photo, d’abord je ne vois qu’un boulon sur le rail en plein milieu du pied de mât, et je ne décèle pas d’autre endroit pour en passer un second… Comment faire pivot dans ces conditions ? Réflexe photo et interrogations sur les forums et le chat d’edelvoilier.org, à la fin de la soirée j’avais tous les éléments pour attaquer la journée de dimanche.

Les préconisations : bien vérifier que l’arrière du pied de mât est entier, à l’aide d’un fil de fer, puis placer un boulon à l’arrière du mât ; pour la fixation du tangon de spi (merci à bmayer au passage) et la sécurisation des mouvements du mât, j’avais obtenu des renseignements auparavant.

Le verdict du début d’après midi du dimanche : le pied de mât semble complet, le fil de fer s’accroche correctement dans le crochet, et revient droit si on insiste. Ouf ! On voit l’hypothèse d’un démâtage à la grue s’éloigner. Après, le temps de tourner autour du mât, faire le tour par l’autre sens, essayer d’appliquer in situ les conseils accumulés sur la tâche à réaliser… aux alentours de 4h on semblait prêt en théorie, mais pas rassurés pour autant pour affronter la pratique.

Et pour une fois, je me rends compte qu’après coup je n’ai même pas de photos de la préparation.

À la une ! À la deux ! À la trois !

Allez, on libère l’étai, puis l’écoute de GV et le mât descend doucement. Pour voir comment ça réagit, on retire sur l’écoute, le mât remonte sans soucis. Nouvelle opération en un aller-retour un peu plus ample, ça semble maîtrisable, on se lance.

Le mât descend, oscille un peu mais reste manipulable et se pose sur la croix de bois du support de mât fabriqué en début d’après midi. Support qui semble bien fragile pour soutenir le mât, pour le consolider on remonte sur le cockpit une échelle laissée dehors par le chantier… et on rapproche le mât de la proue. Non sans mal, mais on y parvient, en progressant par sauts de quelques centimètres à la fois, avec un passage délicat au moment de passer les barres de flèche au dessus des cornes du support de bois. Une fois mieux équilibré, le mât est plus simplement manipulable, on le pose sur le roof, le temps de refaire le support plus bas pour le transport.

Mission accomplie : le mât est posé

Mission accomplie, non sans appréhension ni effort, mais on n’est pas mécontent d’être passé par là, et on a noté deux trois points à revoir pour la prochaine fois :) Je vous épargne les nombreux cafouillages au moment de regrouper autour du mât les innombrables drisses, haubans, etc… qui avaient une fâcheuse tendance à passer systématiquement au milieu des bouts qui tiennent le support de mât… :) On est reparti le soir plus que satisfait de notre journée et sans catastrophe à raconter, la prochaine aventure sera routière…

En tâches annexes ce week-end, il y a eu aussi le samedi la repose des mains courantes traitées dans l’intervalle à l’huile de lin dans mon salon, opération qui m’a vu m’exprimer avec la plus mauvaise des mauvaises foi en ces termes : « Moi je sens rien, parce que vous sentez quelque chose vous ? » :)

 

2 Comments

  1. […] sorcier. Première étape bis : présenter la nouvelle girouette qui viendra en lieu et place de l’ancienne qui s’était prise pour une hélice d’avion. Pour éviter le même sort à la nouvelle, j’ai décider de ne la fixer qu’au dernier […]

  2. […] tout nouveau propriétaire d’Edel 4 et de son vendeur (merci à vous deux !).  Et si le démâtage avait pris l’après midi (c’était ma première expérience avec ce genre […]

Comments are closed.