Skip to content

742m haies

Suite des travaux sur une journée et demie avec une nuit sur place.

La session commence par quelques courses au Bricomarché de La Roche-Bernard. J’ai ma liste, et me répète en boucle que je dois y ajouter une tenaille pour pouvoir sectionner le fil de fer de mon messager. Sauf que ma soeur m’ayant resservi du café lorsque je cherchais chez elle son Karsher, j’ai pour priorité de trouver les toilettes… soulagé, j’en oublierai de prendre la tenaille (mais en fait, je n’en aurai pas eu besoin, j’ai à bord deux pinces multifonctions qui savent couper proprement). Ce Bricomarché est vraiment cool, on y trouve de tout, y compris une sélection de produits International. Désormais, plutôt que de faire une halte au départ je préfèrerai la faire à l’arrivée.

Arrivé au bateau à 12h30, je fais la rencontre d’un nouveau voisin de chantier très sympa qui s’avèrera être aussi mon voisin de ponton et avoir des responsabilités dans l’association des plaisanciers du port.

Pause déjeuner : sandwichs (x2) coppa.

Sandwich Coppa

J’attaque les travaux juste après avec le passage du messager qui doit guider le fil électrique de mon futur feu de mouillage.Tant qu’à avoir le mât de posé, autant en profiter pour s’occuper de ce qui s’y passe en tête et auquel on n’aura (théoriquement) plus accès de si tôt. J’ai du fil de fer assez costaud, mais évidemment, ça coince et assez vite. Etant seul à bord, difficile de poser l’oreille sur le mât pour sonder où le messager est arrivé tout en le faisant bouger. Je ferai deux tentatives ainsi avant d’opter pour le plan B.

Le plan B étant d’utiliser le câble VHF, qui lui est déjà passé, comme messager de deux messagers (vous me suivez ?), ces deux messagers remonteront alors un nouveau câble VHF pour l’un et le cable électrique pour l’autre. J’accroche donc deux fils de fer au bout du câble VHF, en prenant soin de les passer chacun dans son trou, et si ça coince assez régulièrement, quelques allers-retour entre l’avant et l’arrière me feront pousser un cri de victoire lorsque le chaterton fait son apparition en pied de mât. Le voisin soulagé pour moi me met en garde : « c’est toujours là que ça déconne ». Je le sais, aussi je prend toutes les précautions pour tirer de là me deux fils de fer.

Ouf ! J’ai tout en visu !

Un peu las de toutes ces allées et venues sur un pont bien encombré me font changer d’atelier : je m’occupe ensuite de traiter ma dérive. C’est la surprise de l’année, elle est bien vilaine et si j’ai décidé de faire une saison avec, je voudrais quand même la traiter anti-corrosion pour lui donner quelques chances supplémentaires de prendre sa retraite à l’hiver prochain. Avec une brosse métallique sur la perceuse, je supprime la rouille en surface. La dérive est presque belle après ça. Puis je passe dessus le produit que j’avais passé l’an dernier sur le saumon : le celtimeto. Le produit est blanc-laiteux qui devient bleuté là où le produit fait son effet.

On retourne sur le pont avant la pause souper. J’ai quelques poulies à changer en tête de mât, et ça, ça ne mange pas de pain et ça marche tout seul.

Pour le souper : velouté de champignon avec mots-mélés intégré, sardine au piment d’Espelette et même un chocolat chaud en dessert. On profite des derniers rayons de soleil, et on va se coucher tôt. Dodo (c’est mieux sur l’eau, le chantier est éclairé toute la nuit).

 

Le réveil se fait aux aurores, j’ai encore bien du boulot avant de rentrer le midi à Nantes.

Bonjour !

Et je commence la journée par le passage de mes câbles dans le mât. Les aller-retours sont encore plus nombreux que la veille, et au total je cumulerai 742m entre l’avant et l’arrière du bateau. C’est sportif ! Le câble d’alimentation, plus souple, sortira le premier, le câble VHF le suivra 15 minutes plus tard. Une demie-heure de préparatifs, suivie d’une heure à pousser les câbles dans le mât à l’avant et tirer sur les messagers à l’arrière.

Le voisin arrive et commence à passer l’antifouling, dommage je pensais passer le Karsher, finalement je rentre tôt à Nantes pour aller prendre possession de l’enrouleur neuf.

Demain, on remet le bateau à l’eau, sans son mât, on bricolera au ponton pour la suite.